J’avais déjà titré un article il y a quelques temps sur la Z8. Une fois n’est pas coutume, j’y reviens, parce que son intérêt va grandissant et ce n’est rien de le dire, dans le monde de la collection, ou plutôt de la spéculation ! Alors petit retour sur ce Z un peu particulier !  Si la série des Z signe les petits roadsters de chez BMW, il y a tout de même quelques digressions. En effet, la dernière mouture du Z4 n’est plus tout à fait un poids plume et s’éloigne beaucoup des Z1, Z3 et Z4 en première mouture. L’autre exception, et quelle exception, c’est la Z8. Si le fameux Chris Bangle se faisait quelques copains parmi les fans de BMW, il eut aussi l’idée merveilleuse de quitter les arrêtes saillantes et les « coups de serpe » en dessinant la voluptueuse Z8. Présentée en 1999 au salon de Francfort elle évoque la fameuse 507 dans une magnifique réinterprétation. Elle est issue du concept Z07 présenté à Tokyo deux ans auparavant mais avec quelques détails un peu différents comme l’abandon du bossage du capot arrière. Peu importe, elle reste absolument sublime et si son design est exceptionnel, elle n’est pas en reste mécaniquement.

Dans une inédite (et unique) structure en aluminium, BMW y glisse non pas un six cylindres en ligne mais un très beau V8 de 5 litres qui développe 400 CV. Avec de trains roulants sophistiqués, elle ne fait pas qu’avoir l’air. Le kilomètre départ arrêté est d’ailleurs expédié en à peine plus de 24 secondes. Enfin, l’habitacle est également traité avec grand soin et s’offre également un design magnifique mêlant références au passé et modernité. Quelques détails trahissent aussi son statut de quasi “concept car” comme les feux arrières très fins et adoptant une technologie de tube au xénon…décidément, cette sculpture ne fait rien comme les autres. Une fois de plus, après le Z3, James Bond adoptera le Z8 dans “Le monde ne suffit pas” avec Pierce Brosnan.

Un très bon choix pour l’acteur mais si le tarif de l’époque était déjà copieux, en rapport avec la race de l’engin, il est aujourd’hui assez indécent et en hausse encore…Proposée aux alentours de 130 000 euros à l’époque, il est bien difficile d’en trouver une belle à ce prix aujourd’hui. Les plus beaux exemplaires flirtent avec les 400 000 euros, mais c’est cette fois déraisonnable et très excessif. Mais si vous pouvez, autour de 200 000 euros, c’est une voiture exceptionnelle et un excellent placement ! Pour la fiabilité, par grand-chose à craindre mais un budget d’entretien en rapport tout de même…

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»    

Pin It on Pinterest