Rover est une vieille institution. La marque de Solihull produit des voitures classiques et un brin aristocratiques. Les vénérables P3 et P4 ont vu toutefois arriver une P5 dotée d’une étonnante version P5B coupé qui dispose d’une ligne fuyante et de 4 portes ! Mercedes a remis au goût du jour cette recette avec la CLS dont les concurrents se sont emparés, y compris chez les SUV ! Mais revenons à Rover qui, pour remplacer la P5, va présenter une berline révolutionnaire en 1963, la P6. Coque autoporteuse, suspensions sophistiquées, 4 freins à disques, la P6 qui sera élue voiture de l’année est souvent, et facilement, comparée à la DS. D’abord produite, à partir de 1963, en 4 cylindres 2L puis 2,2L, elle adopte en avril 1968 un beau V8 d’origine Buick. Ce sera la Rover P6 3500. En raison d’une épure de suspension arrière assez originale, la roue de secours trouvait souvent place sur la male arrière pour libérer un peu plus de place pour les bagages. Une particularité qui deviendra une marque distinctive de cette belle auto. Sur les 322 000 exemplaires de P6 sortis des chaînes du constructeur jusqu’en 1976, 85 000 seront équipées du V8, en boite automatique ou en manuelle pour la version 3500S forte de 163cv.

Mais avec la crise pétrolière de 1973 et une marque qui souffre de quelques difficultés financières, la P6 verra sa fiabilité mise à mal. La production sera contrariée et les clients, déçus, tourneront les talons. Aujourd’hui, après avoir « touché le fond », elle trouve un net regain d’intérêt chez les collectionneurs et sa cote monte sensiblement. Bien entendu, la rouille peut sournoisement s’attaquer à la coque. La peinture du capot, en aluminium, peut avoir souffert également. La fiabilité n’est pas mauvaise, mais il faut bien s’assurer de la qualité du circuit de refroidissement. La cote oscille entre 7 500 et 8 500 euros, la 3500 S étant la plus chère. Mais un bel exemplaire est à privilégier même s’il dépasse les 10 000 euros. Une restauration totale serait ruineuse…

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

Pin It on Pinterest