C’est une histoire de famille. Les Rochet, originaires de l’Ain mais installés à Lyon, ont ainsi démarré une activité de constructeur de cycles. Mais c’est en s’associant à Théodore Schneider que le constructeur va établir son vrai démarrage mais toujours de construction de cycles et vélocipèdes. Très vite les deux associés, et comme les autres constructeurs de cycles, vont s’intéresser à l’automobile. La première est sortie fin 1894 et a sillonné les routes du Rhône en phase de tests avant d’être commercialisé en 1899. Je vous avais déjà parlé de la dernière automobile du constructeur, la 29 500, avant que celui-ci ne se consacre qu’aux utilitaires avant de se faire racheter par Berliet…et la marque de disparaître, c’était en 1951.

Mais toutes les automobiles Rochet-Schneider étaient construites avec un soin exceptionnel et avec l’obsession de faire durer. Pas d’obsolescence programmée chez les deux associés, non, rien que du solide. Mais ce parti pris a des inconvénients. Les pièces solides sont lourdes, le façonnage est manuel et l’industrialisation ne permet d’atteindre les objectifs de qualité de la marque. Enfin, ceci entraîne des coûts élevés et forcément un prix de vente…dissuasif. Aujourd’hui, retrouver une Rochet Schneider, c’est retrouver cette qualité et cette robustesse qui fait traverser les âges aux automobiles des deux associés.

Alors si l’on excepte la toute première réellement commercialisée cotée autour de 125 000 euros, les autres n’atteignent pas des valeurs record. Certes la dernière six cylindres en cabriolet s’approche des 100 000 euros mais une belle 25000 Torpédo ou Coupé de Ville ne dépasse guère les 25 000 euros. Regrettable au regard de leurs performances et de leur qualité, c’est par contre une chance pour les collectionneurs passionnés qui ne souhaitent pas nécessairement spéculer ou se ruiner pour le plaisir de rouler en ancienne et celui de conserver notre patrimoine commun…

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

Pin It on Pinterest