Déjà 2019…une très belle année à vous chers lecteurs fidèles (en tout cas je l’espère), pleine de pistons et de collections d’anciennes. Pour bien démarrer l’année, commençons…par un retour en arrière ! Un bon en arrière de 36 ans. Ce n’est pas une anglaise, mais effectivement encore une jeunette qui mérite pourtant son statut de collection au delà des 30 ans requis. C’est une française, bien de chez nous, du pays du fromage qui pue et de la baguette. Mais elle aurait pu être une voiture de “Jacky ” alors que son palmarès en compétition vient largement plaider sa cause de sportive. La Renault 11 Turbo est apparue en 1983 dans une certaine indifférence, un an après le sortie du duo R11 et R9, les variantes hayon et coffre de cette compacte. La concurrence pour la Turbo est toute désignée, c’est la fameuse Golf GTI ! Renault va utiliser le recette du moment pour y parvenir, c’est à dire la greffe d’un turbo sur une mécanique déjà largement éprouvée. Calandre quatre phares, autocollants, becquet arrière au bas d’une lunette bombée et jantes en alliage vont se charger de donner une allure sportive à cette sage berline. Elle adoptera aussi un variante à cinq portes en 1987 mais s’offrira d’abord, en 1985,  une étonnante version Zender, du préparateur allemand éponyme, qui reste la version la plus recherchée. Pour le sport, elle assure cette Renault 11.

C’est vrai que l’on retrouve le fameux et déjà très ancien “Cléon fonte” sous le capot de la belle, mais avec un turbo comme la Renault 5 Alpine. Il développe 105cv seulement mais avec un gros couple, il anime parfaitement cette légère R11 (905 kilos). Elle trouvera une “phase 2” modernisant l’ensemble en 1987 mais sans doute moins réussie. Par contre elle adoptera le train arrière de la Supercinq en 1986 lui permettant de grandement améliorer sa tenue de route même si elle n’héritera pas, très curieusement, des freins à disques de cet essieu. La production s’arrêtera en 1989 mais la Renault 11 aura raflé entretemps le championnat de France des Rallyes en groupe N. Une sportive je vous dis. Assez mal aimée en occasion, elle semble retrouver un peu d’intérêt en collection, même si elle reste loin des Renault 5 (Alpine, Alpine Turbo, Turbo et GT Turbo). Une belle occasion de trouver un modèle accessible même si le tuning et le manque d’entretien ont souvent fait des ravages. La version Zender est introuvable et la cote à 6500 euros n’est sans doute pas le reflet de transactions qui se situent plutôt autour de 10 000 euros. Mais dans ce cas, elle doit être complète, impossible de remettre la main sur des pièces spécifiques ! Pour une “normale”, comptez 4 à 5 000 euros pour une première série, moins de 4 000 pour une seconde. De quoi se faire plaisir à petit prix avec un potentiel d’évolution de prix plutôt intéressant.

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

Pin It on Pinterest