Peugeot 205 Turbo 16, l’heure de gloire !

C’était une sacrée époque ! Pas si lointaine, nous sommes dans les années 80, et dans laquelle le sport automobile ne se concentrait pas exclusivement sur la F1 mais bien sur le championnat du monde des rallyes. Le « car bashing » n’avait pas encore frappé et les voitures engagées avaient un impact certain sur les ventes des constructeurs (surtout avec de bons résultats…) et les passionnés étaient encore nombreux à s’émerveiller des performances des machines et des pilotes. Dans une concurrence féroce, le « Groupe B » voyait fleurir des engins assez terribles.

Cette réglementation du Groupe B apparue en 1982 va mettre à l’honneur Audi qui portera sa technologie « Quattro » comme une arme absolue. Il est vrai que ce championnat se déroule très souvent sur des routes à faible adhérence. C’est dans ce contexte que Peugeot présente une radicale évolution de sa célèbre 205, la Turbo 16. Comme la Renault 5 Turbo avant elle, elle embarque son moteur en position centrale arrière et reprend aussi la transmission aux quatre roues si chère à Audi. Cette « combinaison des genres » va s’avérer payante ! Immédiatement aux avant-postes, elle va rafler deux ans après sa présentation, les titres mondiaux 1985 et 1986.

Mais pour une participation en Groupe B la fédération impose une production de 200 exemplaires « civils » à minima. Ce sera chose faite et notre 205 avec ses voies ultra-larges et son 4 cylindres TU de 1773 cm3 affichant 200 CV va pouvoir limer les nationales. Une cavalerie qui passe, dans la première version, à 350 CV en course (jusqu’à 600 au final !). Mais la version civile, avec 1100 kilos à tracter, est déjà une sacrée bête sur la route. C’est elle qui va aussi tirer toute la gamme 205 qui, à l’époque, sauvera Peugeot de ses difficultés financières. Je vous conseille un petit détour par le musée Peugeot Citroën DS dans le Doubs pour en admirer au moins une. Evidemment avec 200 exemplaires, elle est rare…et chère ! Si la cote est autour de 140 000 euros, comptez plutôt aux environs de 200 000 euros, voir plus si elle est très peu kilométrée, en parfait état et totalement d’origine…

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest