Après avoir évoqué la Mazda Cosmo qui utilisait une technologie identique, je voulais vous parler de la NSU ro80… Elle a sans doute lassé quelques souvenirs dans les mémoires mais la redécouvrir aujourd’hui prend une autre dimension. Apparue en toute fin de l’année 1967, cette incroyable (si, si je vous assure) voiture dénote sérieusement au milieu d la production allemande ultra classique et même au milieu d la production tout court. Si Citroën a vu juste avec sa DS en 1955, NSU ne refait pas le coup douze ans plus tard. La ligne ressemble à celle d’une voiture des années 80 (d’où son petit nom ?) mais elle date des années 60 ! C’est une traction avant avec système McPherson à l’avant, des roues indépendantes, une direction assistée et une boite semi-automatique à trois vitesses…un véritable ovni !

Mais c’est bien entendu sous le capot que se cache la technologie la plus spectaculaire. Un moteur Birotor sous licence Wankel produit en commun avec Citroën (GS) sous l’égide de l’entreprise commune nommée Comotor. Si vous n’avez pas décroché, tant mieux, parce que vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Cette voiture totalement décalée embarque donc ce drôle de moulin qui cube…995 cm3 ! Ca ne devait pas avancer pensez-vous. Eh bien vous avez tort parce que de cette modeste cylindrée, le moteur Wankel développe 115 cv à 5 500 tr/mn ! Avec 180 km/h en vitesse de pointe, on es effectivement plus dans les années 80 que les 60.

Mais cette voiture décalée à la tenue de route épatante et au confort soigné, aux performances sérieuses et à la finition au dessus du lot…boit comme un bucheron assoiffé ! Sa fiabilité, par manque de mise au point, lui portera l’estocade, au même titre que sa consommation gargantuesque d’essence…et d’huile. Aujourd’hui, tout ceci est maîtrisé mais à l’époque, la ro80 ne se vendra en tout et pour tout qu’à 35 000 exemplaires, loin des ambitions de NSU. Ce désamour sera fatal à la marque, aujourd’hui disparue corps et biens. En trouver une n’est pas chose très facile, enfin une en bel état. Sensible à la corrosion, négligée, transformée (avec un V4 Ford très souvent), il n’est pas facile de mettre la main sur la perle rare. Il faut compter entre 10 et 15 000 euros pour un bel exemplaire. Une voiture à restaurer vous expose à la complexité du rotatif…

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest