Mercedes 300 SL, la première Supercar !

Je vous avais parlé dans un ancien article de la Mercedes 190 SL. Si la ligne, évidemment très inspirée de la 300 SL, ne m’avait pas laissé insensible, je n’avais pas été convaincu par le reste, pas très « raccord ». Lourde et peu puissante elle a un côté « sois belle et tais-toi » qui ne m’inspire guère. Mais la 300 SL, c’est une autre paire de manches ! Cette bête de course livrée sur route est d’un tout autre niveau, les prix s’en ressentent d’ailleurs très nettement. Présentée en 1952, c’est une auto de course que propose alors Mercedes. Elle hérite du moteur 6 cylindres des grosses berlines mais se dote d’un léger châssis tubulaire et, en raison de celui-ci, des fameuses « portes papillon » !

Elle va s’illustrer en course mais c’est aussi sous l’influence de Max Hoffman, importateur officiel aux Etats-Unis, que Mercedes va en tirer une version de route. La version routière est donc dévoilée en 1954 à New-York et s’est même affinée du point de vue du style tout en conservant les portes papillon mais aussi le moteur incliné et le châssis tubulaire. Ce même moteur reçoit cependant, et pour la première fois en série, une injection mécanique qui lui permet de développer 240 CV issus de son 3 litres. La première « Supercar » est née.

Elle sera produite de 1954 à 1957 mais alors que la 190 SL s’offre en découvrable, Max Hoffman va reformuler une demande de 300 SL roadster au constructeur. Ce sera chose faite en mars 1957 mais avec moins d’élégance dans la ligne et une puissance revue à la baisse (212CV), un poids à la hausse et évidemment, la disparition des portes papillon. Si le coupé a été produit en 1400 exemplaires, le roadster le sera en 1858. Il est aussi à noter les 26 exemplaires du coupé réalisés en aluminium et qui sont le graal absolu. Aujourd’hui la cote des roadsters, pourtant moins attrayants à mon goût, est plus élevée que celle des coupés. Mais en termes de tarifs on se situe autour du million d’euros, tout de même. Pour les quelques coupés en aluminium, comptez…5 fois plus !

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest