Le Retrofit, effet de mode ?

Ce n’est pas la première fois que je vous en parle, mais je dois dire que cela m’irrite quelque peu…Vous l’aurez compris, je n’y suis pas vraiment favorable, et même carrément opposé ! La France va autoriser dès février 2020 le Retrofit. Encore un anglicisme de geek pour désigner une opération contre nature qui consiste à transformer un véhicule ancien à carburant fossile en véhicule électrique…misère, misère… Chacun fera ce qu’il voudra, c’est évident, mais dans ce cas, plus question d’authenticité.

Evidemment, j’entends déjà rugir nos amis écolos au fond des bois et s’insurger de cette position « rétrograde » pour ne pas dire ringarde à leurs yeux. Oui, cette transformation est une aberration et je l’assume ! Imaginez que l’on dise que les peintures du Caravage contiennent du plomb et que l’on va les replacer par des hologrammes numériques…Non, personne n’oserait, mais là, c’est presque « tendance ». Une tendance absurde, dénuée de sens et je vous dis pourquoi.

  • L’argument écologique : Inutile de faire le procès de l’électrique même si je peux rappeler à ceux qui sont sourds et aveugles que les batteries ne sont pas neutres en pollution et que la production d’électricité n’est pas nécessairement vertueuse non plus. Non, l’Ademe précise d’ailleurs dans un rapport récent qu’il faut environ 50 000 kilomètres d’usage pour qu’une voiture électrique devienne plus « vertueuse » qu’une voiture à énergie fossile. Vous imaginez facilement que la plupart des voitures anciennes ne font pas ce kilométrage…

 

  • L’argument d’usage : Oui, nombre de grandes villes, et d’autres à venir, restreignent la circulation des véhicules les plus polluants. Mais cela ne concerne pas les véhicules en carte grise collection…qui auront peut-être un jour une vignette spécifique (la FFVE y travaille). En attendant, un véhicule « rétrofité » n’aura pas droit à la carte grise collection non plus…mais pourra circuler lui aussi.

 

  • L’argument historique : c’est sans doute le principal. Cette opération dénature totalement le véhicule qui perd toute son authenticité même si l’opération est parfois réversible. Ce qui fait l’attrait de ces voitures, ce n’est pas que leur aspect, mais aussi leur mécanique. L’histoire de l’automobile y est liée. Et si la panne existe, cela fait partie du charme des anciennes ! Une voiture de collection vaut pour son authenticité… pas que pour son look.

 

Bon je pourrais en développer à la pelle, mais je dois dire que ce non-sens historique est sans doute là pour satisfaire ceux qui veulent se montrer dans une ancienne pour son look sans renier leur nature « top geek » et pour qui le look « vintage » est bien tendance. Ce ne sont pas des amateurs de patrimoine historique, ce serait même plutôt le contraire. Ce n’est pas une tare en soit, et notre monde a toujours été l’objet de changements, mais « massacrer » le patrimoine automobile n’a rien d’une évolution ou d’un progrès. Alors, en ce qui me concerne, vive le Rétrofit bashing. C’est bon, ça vous semble assez geek comme expression ?

Investissez, il n’est pas trop tard !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

 

Pin It on Pinterest