L’autoradio bientôt centenaire !

Vous vous souvenez ? Si les premières radios autonomes datent des années 20, les voitures ont commencé à embarquer des autoradios dignes de ce nom un peu avant la seconde guerre mondiale. Lors de celle-ci, en France, les radios seront confisquées et il faudra attendre les années 50 pour que les systèmes se développent avec des façades de récepteurs normalisées afin d’en faciliter le montage et aux constructeurs la possibilité d’en réserver l’emplacement. Ceci avec uniquement la radio en petites ondes et grandes ondes…L’on retrouve alors Blaupunkt Clarion et Philips dans cette aventure.

L‘arrivée des transistors facilitera leur intégration dans l’automobile et l’avènement de la modulation de fréquence au cours des années 60 va faire exploser la demande, tout comme l’intégration des lecteurs de cassettes (lancé par Philips en 1963). En 1971 ; un quart des véhicules sont équipés d’un autoradio. La stéréo qui fait aussi son apparition à bord des véhicules va aussi changer la qualité du son et rendre très désirable cet équipement qui reste un luxe toutefois. Les automobiles sont alors « précablées » mais avec des versions plus ou moins avancées…Par ailleurs la vente des autoradios en seconde monte connait son âge d’or.

Toutefois, la standardisation des installations dans les automobiles arrive seulement en 1984 ! C’est la norme DIN 75490 qui deviendra la norme ISO 7736, ça c’est pour les fans de références obscures. Mais cette norme ne va pas jusqu’à inclure le câblage qui reste propre à chaque marque, cela aurait été trop simple ! Cette normalisation n’interviendra qu’en 1992 (toujours pour les fans, ISO 10487). Technologiquement, les choses évoluent aussi (RDS pour les tuners début des années 90, lecteur CD début 1985) et le système à cassettes laisse la place au CD.

Puis viennent les années 2000 et les systèmes de lecture MP3 et WMA qui permet de lire des CD enregistrés. Mais cette époque marque aussi l’implantation de plus en plus importante de matériel d’origine ou en option. Aujourd’hui, les voitures sans système audio, plus ou moins perfectionné, sont plus que rares. Ceci d’autant que les fonctionnalités ont sérieusement progressé et les systèmes sont couplés, même sur des citadines, à des GPS. La mode est au tout tactile, à la multiplication des écrans et des fonctionnalités, à la connectivité, au développement sans précédent des systèmes d’aide à la conduite, voir d’assistance en attendant la conduite autonome, prochain cauchemar annoncé pour les amateurs de pilotage… Mais toutes ces fonctions ont leurs revers. L’obsolescence rapide, la fiabilité parfois aléatoire, le vieillissement mal supporté…Les collectionneurs de demain vont s’arracher les cheveux !

Investissez, il n’est pas trop tard !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest