Lamborghini Jarama, la revanche !

Il a été dit que ce n’était pas la plus belle des Lamborghini. Aussi que Marcello Gandini, le grand styliste italien de chez Bertone n’était pas au meilleur de se forme. Encore que la qualité et l’ergonomie de cette GT étaient désastreuses. Bref, lorsqu’elle fait son apparition en 1970 en voulant succéder à l’Islero qui avait été un fiasco, la Jarama était attendue au tournant. Dire que Lamborghini était aussi le créateur de la Miura et de l’incroyable Espada et qu’il semblait livrer là un modèle très imparfait. Basée sur un châssis raccourci d’Espada, justement, la Jarama n’a pas le même équilibre des masses, reste lourde et les critères de qualité semblent faire défaut à son assemblage. Sa mévente (un peu plus de 300 exemplaires) et la crise pétrolière vont aussi mettre à mal la marque qui sera revendue en 1974. La messe est dite ?

Non, non et encore une fois non. D’abord cette ligne décriée à l’époque n’est pas non plus vilaine, loin de là. Quand l’un des plus grands stylistes n’est pas très inspiré, cela donne tout de même une ligne enviée par bien d’autres ! Son capot abrite aussi le fameux V12 Bizzarini de 4 litres de cylindrée développant 350 CV alors qu’en 1972 arrive la Jarama S, allégée de 100 kilos et poussée à 365 CV. Et puis c’est une Lamborghini…Alors forcément, les prix s’en ressentent. Je vous rappelle que la production fait état de 177 exemplaires de la première mouture et 150 de la version S. Vous avez alors tous les ingrédients pour mettre le feu aux poudres !

Exigeante, lourde, pataude, mal finie, difficile à régler (6 carburateurs…), oui, oui, je vous l’accorde, et encore. Mais le V12, la ligne en coin des années 70 et d’un coup la magie opère d’autant que ce qui prévalait à l’époque n’a plus vraiment cours aujourd’hui. Et j’avoue que je lui trouve une classe absolument irrésistible. En 2007, il fallait compter 50 000 euros pour en avoir une belle, environ 150 000 dix ans après et entre 180 et plus de 200 000 euros aujourd’hui. Et il est probable que ce ne soit pas terminé au regard de sa rareté alors même que sa ligne est aujourd’hui considérée comme pleine de charme…La Jarama tient donc là sa revanche ! Bon, tarif et rareté des pièces, coût pharamineux d’entretien, corrosion galopante, réfléchissez tout de même un peu !

Investissez, il n’est pas trop tard !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest