La Kadett, c’est la berline phare du constructeur au blitz. La compacte populaire par excellence dont la carrière a démarré chez Opel en 1937 ! Elle a aujourd’hui disparu au profit de l’Astra qui sera, dans un avenir pas si lointain, une demi-sœur de la prochaine Peugeot 308, rachat oblige. Je reviendrai sur les autres versions plus anciennes, mais je voulais vous parler aujourd’hui de la dernière génération, apparue en 1984 (sous le code de Kadett E) et dont la carrière s’est prolongée jusqu’en 1993. C’est la génération d’avant qui avait franchi le pas de la traction avant, en 1979. Mais cette nouvelle présente une robe très étudiée du point de vue aérodynamique.

Elue voiture de l’année en 1985, elle va cependant céder à la mode de l’époque et venir se battre sur le territoire des GTI. D’abord “gentiment” avec un 4 cylindres 1,8L à injection développant 115 CV puis passant à 2,0L et 130 CV en 1986. Mais cette concurrente honorable, quoiqu’un peu timide, va recevoir un sacré coup de fouet en 1988 avec une culasse à 16 soupapes venant coiffer son deux litres déjà expressif. Avec 156 CV (150 pour les versions catalysées), la concurrence est à la ramasse (130 CV chez Peugeot, 139 CV chez VW par exemple).

Mais c’est est sans doute un peu trop pour les trains roulants de la Kadett qui n’en demandaient manifestement pas tant. Mais si la rigueur de comportement n’était pas au rendez-vous, le plaisir de cette mécanique fougueuse l’était franchement. Elle va marquer les esprits avant que la Peugeot 309 16S de 160 CV ne lui ravisse son titre. Plutôt fiable, elle demande, par contre, un suivi rapproché pour préserver cette mécanique rageuse et ses trains roulants, vraiment mis à mal, peuvent avoir souffert des assauts de ce moteur déchainé dans les tours. Le tuning ne l’a pas épargnée et elle a souvent été négligée. Encore faut-il donc en dénicher une, et si la cote des 16 soupapes est officiellement de 3 800 euros, les prix sont plutôt entre 10 et 20 000 euros ! Ah l‘engouement des yougtimers…

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest