Rien ne prédestinait Lotus et Ford à collaborer à un modèle commun…Mais Ford a développé un fameux 4 cylindres, le moteur Kent, d’abord proposé en 997 cm3. Il sera décliné en plusieurs cylindrées dont un 1500 cm3 à vilebrequin à cinq paliers proposé dès 1962. C’est ce moteur qui va servir à Lotus pour l’Elan, en portant la mécanique à 1 558 cm3 pour une puissance de 106 cv. La même année, Ford UK met sur le marché  sa nouvelle Cortina. Ce n’est pas une bête de course, loin là. Une gentille berline familiale populaire et bon marché, dérivée également en coach deux portes. Ford va alors saisir l’opportunité d’un échange de bons procédés avec Lotus. C’est ainsi que l’histoire va donner naissance à la Cortina Lotus qui va devenir la coqueluche des sportifs des années 60.

Si le moteur reste à sa puissance initiale, Lotus a retravaillé tout le châssis et la transmission. Tout ce qui touche à la tenue de route est revu, train arrière, suspension, freinage et chasse aux kilos (une constante chez Lotus !) drastique. Résultat ? Si le moteur reste à 106 cv, le poids réduit de 775 kilos seulement fait des miracles.  La vitesse maxi va s’établir à 178 km/h , le 0-100 km/h est avalé en 10.4 secondes et et 31,6 secondes suffisent pour le 1 000 mètres départ arrêté. Très discrète en carrosserie, en dehors des bandes vertes et des signes Lotus, elle rafle de nombreux titres en compétition. En 1964, les portes en alliage deviennent une option et les trains roulant et la transmission reviennent à des solutions plus classiques. Mais les ventes étant modestes (3301 exemplaires), cette première série (dite Mk1) s’arrête en 1966. Arrivera alors une série Mk2, plus puissante et plus lourde mais un peu moins convaincante.

La première série est donc la plus recherchée…et la plus chère évidemment, surtout avec toutes les spécificités Lotus des toutes premières. Avec une cote à 60 000 euros, il est aussi difficile d’en trouver une, une vraie de surcroît ! Les annonces varient dans une fourchette de 40 à près de 80 000 euros mais il faudra bien s’assurer du pedigree réel de l’objet de vos désirs. L’auto est fiable, c’est une chance parce que les pièces spécifiques ne courent pas les rues ! Mais pas de doute, c’est un maître achat pour une collection !

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

Pin It on Pinterest