Elle a fêté ses soixante ans en 2017 et elle est encore toute fraîche. Pour l’occasion, elle s’est même offert une place au MOMA de New-York. Le célèbre Musée d’Art Moderne américain. Elle y a rejoint d’autres légendes comme la Coccinelle, la Jeep ou encore la Jaguar Type E et sera exposée entre février et juin pour son “bon design”. Une reconnaissance en matière de style et de succès pour la micro voiture italienne qui a écrit l’histoire de la marque. Apparue donc en 1957, elle succède à la Topolino 500. Oeuvre de Dante Giacosa, elle affiche une cylindrée d’un peu moins de 500 cm3 et promet une belle habitabilité au regard de sa taille de guêpe affamée. Enfin pour deux personnes personnes à ses débuts et dans un environnement, disons pudiquement, austère ! Il s’en vend près de 30 000 exemplaires mais pour un modèle à grande diffusion, c’est un peu court.

Tout comme la puissance, 13 cv, bien insuffisante et qui passe rapidement à 15 cv et avec une équipement un peu plus décent, surtout en version N (Normale). La petite puce va alors entrer dans la légende et se voir dotée d’évolutions successives. La puissance atteindra jusqu’à 21 cv sur la version sport. L’on trouvera aussi une version découvrable, un break dénommé “Giardinetta” et même un cabriolet signé Vignale. Elle sera produite en 4 250 000 exemplaires, excusez du peu, entre 1957 et 1975 ! Elle intéressera aussi quelques “sorciers” de la mécanique comme Carlo Abarth. Si les premières développent 19 cv, les préparations successives iront jusqu’à doubler cette puissance. Et d’inscrire les 595 SS, 695 SS et Assetto Corsa dans les palmarès sportifs avec un sacré succès !

Vu la quantité produite, elle n’est pas rare. Dévorée par la rouille et attaquée par les problèmes électriques, elle bénéficie toutefois d’une mécanique fiable…ouf ! Si la cote démarre autour de 12 000 euros (c’est déjà élevé pour une petite auto !), les versions Vignale ou l’étonnante “Joly” atteingent respectivement 25 et 60 000 euros ! Tout comme l’Abarth 695 SS. Bien plus rares, il faut aussi se méfier des copies, très nombreuses. Il est tentant de maquiller une 500 en Abarth au regard de l’écart de prix. Comme la 2 cv, elle est un incontournable ludique dans une collection. Mais patience et prudence avant de mettre la main sur un bel exemplaire d’origine…

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest