La liste des sportives de la firme à l’ovale bleu est plutôt longue. Elle a été aussi brouillonne à certains égards et cette Ford Escort RS Turbo n’aura pas trouvé sa place. Une youngtimer peut-être mais, présentée en 1985, elle affiche bien plus de trente ans au compteur pour entrer dans le cercle de la collection. Je parlais de brouillon parce que son châssis n’était pas forcément à la hauteur de la fougue de sa mécanique, ce qui lui a commercialement été fatal en pleine guerre des GTI. A l’époque, une voiture qui se comportait “comme un saucisson” n’était pas un compliment pour sa tenue de route et ce qualificatif collait à la peau de notre RS Turbo.  Issue de la sage et “mondiale” Escort arrivée en 1980, elle devenait le point d’orgue de la gamme après les sportives XR3, XR3i et RS 1600i. Pour faire face à la course à la puissance que se livrent alors les Golf, 205, Astra et autres, Ford greffe un turbo sur le 4 cylindres 1.6L qui affiche alors 132 cv et un couple maxi de 18.4 m/kg. Tout de blanc vêtue (elle aura d’autres couleurs ensuite), elle se pare d’appendices on ne peut plus suggestifs et accroche sans peine les 200 km/h.

Mais voilà, avec des freins arrières à tambour et un châssis raide mais peu efficace en dépit d’un différentiel autobloquant, cette traction semble surtout surmotorisée. Un défaut majeur sur le marché à l’époque qui, ajouté à un prix élevé et un équipement un peu chiche, surprenant de la part de Ford, deviendra un boulet. Mais finalement certains l’ont trouvée très amusante et s’il est ennuyeux d’avoir un engin sous motorisé, on peut aussi se délecter de l’inverse ! Et cela ne l’empêchait pas d’être rapide, déposant une Mercedes 2.3L 16 sur le circuit de Monthéry…Sa carrière ne sera donc pas très brillante et elle ne sera produite qu’à 5 000 exemplaires dont seulement 650 en France !

Alors évidemment, en dénicher une ne va pas être simple et la pauvre a si souvent été malmenée et “tunée” qu’une version d’origine va s’apparenter à une vraie rareté. La génération d’après verra naître la Cosworth et la suivante les variantes RS…avec une autre aura. Mais cette désaffection de l’époque et cette rareté de l’objet lui mettent aujourd’hui une cote à 12 000 euros, en hausse constante. Comptez plutôt sur un prix de marché autour de 15 000  euros pour un bel exemplaire. Mais même à ce prix, c’est un bon investissement.

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest