Nous sommes en 1946…tout est à reconstruire ! Pour l’automobile également, cette industrie ayant dû, pendant la guerre, produire bien souvent d’autres choses que des voitures. Les usines ont été régulièrement bombardées et l’outil de production souffert. Pour redémarrer, les études attendront un peu et l’on reprend, peu ou prou, les modèles d’avant guerre où quelques projets avortés. Mais pas tout le monde. C’est l’italien Piero Dusio qui, en 1946, va tout bousculer et révolutionner l’automobile. Cela ne vous dit peut-être pas grand chose, mais c’est par sa société, Cisitalia, qu’il va ouvrir de nouvelles voies dans ce secteur. Plus grand monde, hormis chez les collectionneurs et passionnés, ne se souvient de cette marque et de ce modèle, la 202, qui ne ressemble à rien de connu à l’époque.

Les ailes ne sont plus séparées de la caisse mais intégrées et elle fait l’objet d’une étude aérodynamique très poussée. Construite autour d’une structure tubulaire, cette superbe carrosserie dessinée par Vignale affiche à peine 800 kilos ! Alors même un avec un petit moteur d’origine Fiat, elle flirte avec les 180 km/h ! Le petit 4 cylindres de 1,1L développe entre 55 et 75 cv selon les versions mais avec cette ligne travaillée en soufflerie, tout devient possible ! Mais si l’histoire est singulière, elle n’est est pas bien longue pour autant. En 1952, six ans après sa présentation, la Cisitalia disparaît des radars…avec une production de 172 voitures (dont 153 assemblées chez Pininfarina). En 1953, son entreprise en faillite, Piero Dusio se retire d l’aventure et Cisitalia se contentera de transformer des carrosseries, dont des Fiat 600.

Mais pour revenir à la 202, elle a laissé une sacré empreinte dans l’univers automobile. Dusio avait tenté d’en dériver une version 4 roues motrices et équipée d’un six cylindres 2,8L…mais en vain. Les finances mises à mal avec la caution payée par Dusio pour faire libérer Ferdinand Porsche au sortir de la guerre n’ont pas laissé une chance à cette aventure magnifique. La 202 s’est brillamment illustrée en compétition mais en trouver une aujourd’hui est un sacré parcours du combattant ! Il y en a une en vente aux Etats-Unis (un coupé Gran Sport de 1947) qui sort d’une exposition au Musée d’Art Moderne de New-York (le MoMa), au prix de 385 000 dollars mais nécessiterait quelques menus travaux…bien au delà de la cote (environ 180 000 euros), mais les transactions, rares, sont plutôt entre 300 et 500 000 euros. Pour un 1,1L, il faut vraiment que cette auto ait marqué son époque !

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

 

 

Pin It on Pinterest