Chrysler…une vieille histoire ! Le constructeur américain n’avait jamais eu de succès en Europe contrairement à ses concurrents Ford (Ford Europe) et General Motors (Opel, Vauxhall, Holden). Alors Chrysler va racheter progressivement Simca, au grès de participations jusqu’à en prendre le contrôle, entre 1958 et 1963. Si Simca a été rentable pour Chrysler, ce ne sera pas la cas de Rootes, la filiale anglaise. L’on peut rajouter à l’équation les difficultés financières de Chrysler en Amérique et l’on arrive à une revente de Simca, pour le dollar symbolique, à Peugeot en 1978. Fin de l’histoire.

Pas totalement puisque le patron de Chrysler qui a revendu Simca, Lee Lacocca, va réussir à redresser la barre. Après avoir fait le ménage et licencié 33 vice-présidents sur 35 (au rythme d’un par mois), la marque sort du gouffre mais a déserté l’Europe. Mais en 1989, Chrysler revient et installe François Castaing aux commandes des bureaux d’études. Une nouvelle ère s’ouvre et trois modèles sont proposés en 1989 auprès des 35 concessions de l’hexagone. Il s’agit de” l’ES” (quatre cylindres 2.5L Turbo), un coupé commun aux Dodge Shadow et Plymouth Sundance, de la “Le Baron”, un joli cabriolet à moteur turbo également et…le Voyager qui trustait alors les ventes aux US et qui va se faire une belle carrière chez nous. Tout ceci a un peu fonctionné mais en 2001 Chrysler fusionne avec Daimler puis vend ses parts à Fiat, progressivement. Chrysler disparaît de nouveau du paysage français en 2009, les nouvelles voitures seront alors badgées…Lancia !  Il ne reste plus grand chose de tout cela aujourd’hui même si un nouveau Voyager est attendu pour 2020.

Depuis quelques mois, il se profile une fusion Renault-Fiat-Nissan qui permettrait de couvrir les trois continents et de mettre le groupe à l’abri pour l’avenir. Mais les discussions sont difficiles depuis l’affaire Carlos Ghosn. Un pas en avant, deux pas en arrière avec une vraie susceptibilité du côté japonais qu’il va être difficile d’atténuer. Décidément, à toutes les époques, le monde de l’automobile est bien complexe. Cela nous a tout d même permis de rouler un temps dans des voitures au fort parfum d’Amérique et ce n’était déjà pas si mal !

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

Pin It on Pinterest