Je sais, c’est cruel. Tout un week-end de suspens pour savoir si ce nouveau BMW Z4 est digne de la lignée et du blason oh combien sportif du constructeur bavarois. Alors la suite tout de suite !

Seconde partie

Alors, sur la route, ça donne quoi ?

En bonne voiture de 2019, la clé reste dans la poche et l’on appuie, pied sur la pédale de frein, sur un bouton situé sur la console et l’on réveille…le 4 cylindres. Je dois reconnaître que si au démarrage c’est assez banal, en roulant (surtout décapoté) le son est très bien travaillé à l’échappement. Surtout en mode sport (oui, il y a plein de modes et de configurations possibles, de quoi en faire des insomnies) avec quelques “pétaradages” au rétrogadage et à la décélération. La boite auto à 8 rapports fait très bien le job et ne demande que peu de temps d’adaptation à son logiciel de gestion. Le mode sport, sur tous les plans (boite, moteur, amortissement, direction…) reste le plus approprié, même pour la balade, sans intention de malmener l’engin. Il n’a rien de caricatural contrairement au “sport plus” peu adapté au quotidien. Quant au confort, il laisse le compte tours à peine au dessus de 1000…

Moteur !

Cela a beau être un “4 pattes”, il cube 2 litres, s’offre un turbo “Twiscroll” et ses 197 cv cachent aussi un couple de 32 m/kg. Assez pour propulser ce cabriolet de 1480 kilos (!), selon BMW. Les performances sont plutôt bonnes (moins de 7s au 0 à 100 et pas loin de 240 km/h) et l’ensemble révèle un dynamisme réel,  plus aidé par le couple disponible très tôt que par la puissance…obtenue très (trop) tôt. Le régime maxi est à 6 500 tr/mn, mais à 5 000 il a déjà tout donné. Un vrai tracteur ! Alors oui, il y a de quoi être frustré et nostalgique des envolées lyriques des six cylindres atmosphériques, plus chétifs en couple mais plus forts en gueule. En ce qui concerne la boîte (classique à convertisseur), elle fait très bien le job mais franchement les minuscules palettes solidaires du volant iraient mieux dans une bonne limousine ! Heureusement que la laisser faire seule se passe franchement très bien. Il y a au moins un point positif à ces choix…la consommation reste relativement contenue, pas besoin d’acheter un terminal pétrolier.

Châssis ?

Rigide, très bien guidé, on se sent vite en confiance. Le niveau d’adhérence est très élevé…heureusement me direz vous parce qu’avec 197 cv à passer par des pneumatiques de 275/40/19, le contraire serait dramatique ! La direction est bien calibrée même si le ressenti est un peu artificiel. Tout juste peut-on noter des tremblements dans le volant sur des routes mal revêtues en haussant un peu le ton (avec pourtant des suspensions adaptives qui me semblent parfois un peu dépassées par les événements en amortissement).  Mais c’est un cabriolet et de ce point de vue, la rigidité a été sacrément travaillée. Inutile de dire que les aides électroniques sont légion. Elles savent se faire discrètes et n’interviennent que rarement, eu égard à l’adhérence et à la puissance, rien d’étonnant. Exception faite du maintien actif dans la file. Activé inopinément il me remettait dans ma voie alors que je cherchais quelques trajectoires sur des petites routes…pas sympa !

Dans la lignée ?

Alors, verdict ? Oui, pas de doute si ce n’est cette perte d’identité visuelle, plus assez BMW et un peu trop Toyota. Pour rappel, après un Z3 qui a connu le succès, le premier Z4 (E85) a fait table rase du passé. Il mesurait 4,09 m de long, 1,78 m de large et affichait 1290 kilos sur la bascule en 6 cylindres 3 litres. Le second opus (E89), apparu en 2009, passe à 4,24 m de long, 1,95 m de large et 1460 kilos. Le nouveau affiche 4,32 m de long, 2,02 m de large et 1480 kilos dans cette version de base (1610 en six cylindres !). A chercher dans la sécurité passive et dans l’interminable liste d’équipements. C’est l’évolution de l’espèce mais l’on se qu’il y aurait bien une place pour un plus petit roadster maintenant. Sauf que la passion ayant cédé la place à une fibre écolo bien pensante, pas certain que ce soit dans les projets de BMW. Ou alors…en électrique !

Collector ?

Le Z1 est collector (rare), le Z3 a commencé et le premier Z4 est déjà recherché dans ses versions de pointe (3.0l ou M)…les deux autres suivront sans doute, mais il y a fort à parier que celui-ci devrait s’y inscrire. Par ailleurs, la finition est très au dessus des précédentes au point d’en devenir un brin “bling bling” à force de chromes, laques et surpiqures…Mais les représentants de BMW me répondront que c’est ce que cherche la majotrité des clients, maintenant plus orientés “paraître”. Des voitures bardées d’options et surchargées de lignes agressives à souhait avec des petits moteurs économiques…Et là on s’éloigne beaucoup de l’esprit roadster.

Allez on rend les clés ?

Bref chacun pourra se concocter son Z4 à la carte mais franchement, il y a beaucoup d’économies à faire. La version de base essayée est affichée à 48 650 euros (et 650 euros de malus à ajouter). Avec les options dont disposait mon modèle d’essai, le prix s’envole à 63 060 euros ! le prix d’une M40i de 340 cv déjà très bien équipée est à 67 650 euros (mais 4460 euros de malus, vive la France)…

Enfin, la succession est assurée même si l’esprit se dilue un peu et si, comme toujours, les dimensions suivent l’inflation. Bon, il est temps de rendre les clés à mon concessionnaire préféré. De toutes façons, il pleut en cette matinée maussade ! Je ne peux donc que remercier BMS Evreux pour cet essai fort instructif et qui ouvre une série qui reviendra de temps en temps sur les lignées des autos collector. Petites attentions et gentillesse sont à mettre au crédit de cette adresse…ce qui devient, là aussi, de plus en plus rare !

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

 

 

 

Pin It on Pinterest