Je sais que vous aimez les anciennes et les populaires. Alors pas de Ferrari ou de Porsche aujourd’hui mais cette BMW 325 IS n’était pas franchement une voiture “populaire” à sa sortie. Les tarifs sont BMW et la série 3 type E30, apparue en 1982 ne fait pas exception à la règle. Mais cette youngtimer a une sa période noire, beaucoup transformée, martyrisée pour son appétence pour le “drift”, elle en en a vu de toutes les couleurs. Aujourd’hui, elle suscite de nouveau l’intérêt, cette fois chez les collectionneurs et les amateurs de voitures de caractère. Apparue en 323 i, la série 3 E30 était un peu tendre. Au dessus, la gamme se voyait coiffée d’une M3 certes performante mais à quatre cylindres…sacrilège !

Alors pour satisfaire les fans du six cylindres et redorer le blason de la série 3, BMW proposa d’abord des options (boite inversées, sièges Recarro, pont autobloquant…) sur la 323 i avant qu’elle ne passe en 325 i en 1985, toujours avec une palette d’options sport possible. Avec un six en ligne de 171 CV,  toujours aussi mélodieux, elle répond donc aux assaut de la concurrence comme la 405 MI 16, l’Alfa 75 V6 ou la R 21 Turbo. Bénéficiant d’un modernisation de sa ligne, BMW décide de produire en 1989 une version IS équipée de toutes les options “qui vont bien”. Boite plus courte, sièges sport, pont autobloquant, châssis sport et jantes en 15 pouces, en deux comme en quatre portes. Et les connaisseurs vont apprécier les qualité de cette petite berline dévergondée mais terriblement rigoureuse.

En trouver une aujourd’hui est difficile, la production n’ayant duré que de 1989 à 1991. A ce petit jeu, les “fausses” IS courent les rues et il faut bien prendre garde. Chez BMW, tout est codé et chaque spécification répond à un numéro. Voici ceux qui doivent être cochés pour une vraie IS : 206 (boîte sport), 209 (autobloquant 25%), 481 (sièges sport), 704 (châssis M Technic), 708 (Volant M) et enfin le 813 (version française). Mais rien ne vous empêche de craquer pour une 325 i “normale” ou même équipée de ces options, ce qui sera bien moins onéreux. Si la cote des 325 i est autour de 13 000  euros, c’est plutôt 20 000 pour une IS et même plus dans les annonces…

Investissez, il n’est pas trop tard !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com”

 

Pin It on Pinterest