C’est en 1968 que BMW présente sa 2002. Une berline de classe moyenne qui survole un peu la catégorie. Légère mais rigide, performante, bien finie, tenant bien la route, elle cumule les qualités. Elle présente un jalon majeur pour la marque qui a bien besoin de liquidités en cette période. Elle prolonge la série 1602 en adoptant (il y avait une logique à l’époque) le patronyme 2002 grâce à son moteur 4 cylindres de 2L de cylindrée. Elle verra des déclinaisons très performantes avec les Ti (120cv) et Tii (130cv). Mais c’est en 1973 que BMW présente celle qui va se tailler une sacré réputation, la 2002 Turbo ! Avec son marquage à l’envers sur le spoiler (pour être visible dans le bon sens dans le rétroviseur de celui qui la précède !) elle va jouer la provocation, genre “pousse toi de là avec ta caisse, je double”. Si elle utilise la caisse des 2002 moins “couillues”, elle adopte la panoplie “bad boy” pas très répandue chez BMW, si l’on excepte le tuning ravageur que l’on peut croiser le samedi soir. Ailes élargies, gros spoiler, stripping suggestif, mais surtout un coeur “gros comme ça” ! Si elle garde le 4 cylindres 2L de ses petites soeurs, elle y ajoute un gros turbocompresseur et passe ainsi à 170cv et surtout 241 nm de couple. Equipée d’une boite de vitesses à 4 ou 5 rapports en option et d’un pont autobloquant, elle déménage d’autant qu’elle est légère (1080 kg). Avec 211 km/h et 6,9s au 0 à 100 km/h, la concurrence peut rentre fébrilement au garage.

Austère à l’intérieur, mais dans des matériaux qui résistent aux outrages du temps, exubérante à l’extérieur et puissante, elle préfigure déjà les futures M3 en taquinant sérieusement les Porsche de l’époque. Mais cette perle de BMW, brutale mais passionnante, est un vrai collector. Produite deux années seulement en pleine crise pétrolière et au début des limitations de vitesse, elle ne sera écoulée qu’à 1672 exemplaires entre janvier 1974 et octobre 1975. Difficile d’en dénicher une, encore plus d’en trouver une vraie et compliqué de s’assurer de son état. La rouille n’atteint pas à cette époque, contrairement à la légende, que les italiennes ! Pour s’en offrir une, la cote est aujourd’hui de…75 000 euros !  On était à 20 000 euros il y a seulement 10 ans. Mais dans la vraie vie, les prix d’un modèle authentifié est plutôt proche de 100 000 euros et l’on en trouve à plus de 130 000 euros. Autant dire que la fièvre a gagné cette pauvre 2002 Turbo ! Il est sans doute un peu tard pour espérer de la pus value sur une telle auto, mais elle reste un beau choix dans une collection…à vous de voir !

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

Pin It on Pinterest