La jeune marque Alpine a déjà tracé sa légende avec la Berlinette A 110. Mais ce succès masque un équilibre financier fragile et la marque diepoise doit se développer et se diversifier si elle veut survivre. Alpine a aussi besoin d’un modèle bien moins exclusif que la très sportive et spartiate A 110. C’est donc à l’A310 que revient cette lourde tâche. Il faut dire que les sportifs encensent l’A 110 et que toute nouvelle Alpine sera attendue au tournant. Imaginez un peu la pression pour l’équipe de Jean Rédélé avec un voiture qui va trouver aussi sur son chemin une certaine Porsche 911… C’est donc en 1971 que l’ A 310 est présentée au salon de Genève, équipée d’un modeste 4 cylindres 1,6L en provenance directe de l’Alpine A 110 1600 S qui l’avait déjà emprunté à…la R16 TS ! Un peu trop roturier pour se frotter à la concurrence équipée de six cylindres, ce bloc fait preuve de bonne volonté dans une caisse légère. Mais les difficultés financières d’Alpine et les grèves vont compromettre son début de carrière qui arrive en 1972 (Type VE). Mal finie, pas franchement au point, elle rate son entrée…dommage. Equipée du 1600 cm3 de 108 cv elle va recevoir juste un an après le moteur de la R17 à injection (Type VF) avec 125 cv à la clé et surtout des consommations moindres (on est en pleine crise pétrolière). Finalement, l’A 310 ne sera pas beaucoup produite en versions 4 cylindres et bientôt une version plus musclée et plus à même d’épauler l’A 110 va voir le jour.

Equipée du V6 PRV de 2,7L de 150 cv, l’ A 310 V6 fait son apparition en 1976 et peut enfin lutter avec la concurrence. 225 km/h en vitesse de pointe et des accélérations enfin à la hauteur, elle va maintenant trouver son public. Les modifications esthétiques ne sont pas fondamentales mais bien visibles, à commencer par le bandeau de phares qui se réduit. Elle adopte une boite à 5 rapports en 1979 et trouve sa grosse évolution en 1981. Cette fois, c’est le train arrière (dit “à 4 goujons”) qui vient à la rescousse d’une Alpine pas facile à régler. Elle adopte aussi des pneus Michelin TRX millimétriques hors de prix aujourd’hui, c’est toujours bon à savoir. Proposée en 1983 et 1984, la version Pack GT arbore des ailes élargies et des grosses jantes Gotti mais reste à 150 cv, à moins d’opter pour le pack “Boulogne” qui voit évoluer un peu la cylindrée et la puissance, portée à 193 cv. Proposé seulement en 1983 et 1984, ce kit est rare et recherché, bien évidemment. Au total, ce sont 2340 exemplaires de versions 4 cylindres et 9276 de V6 qui seront produits. 1984 sera la dernière année de production pour l’A 310. Aujourd’hui c’est un très bon investissement même si les prix sont déjà élevés. Ils devraient encore grimper mais cela ne doit pas conduire à l’aveuglement. La structure avec un châssis à poutre centrale noyée dans le polyester est sensible à la rouille et aussi aux chocs. La finition est aussi légère que la voiture mais ça va mieux en le disant. La cote varie entre 16 et 40 000 euros. La moins chère étant la 1600 et la plus chère la Pack GT, quasi introuvable Pas mal de précautions à prendre avant l’achat mais privilégiez un bel exemplaire au passé limpide et vos aurez une belle auto et une superbe page d’histoire.

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

 

Pin It on Pinterest