Il faudrait une encyclopédie pour traiter le sujet. BSA, soit Birmingham Small Arms Co Ltd…L’entreprise anglaise pure souche a été créée en 1861 pour produire des armes à feu et des munitions, ça commence mal. Ce qu’elle va faire jusqu’à ce que les allemands bombardent et détruisent quasi en totalité les usines le 26 août 1940. Deux ans plus tard, les usines sont reconstruites mais, par prudence, éparpillées sur le sol anglais (une vingtaine de villes). Mais après la guerre, BSA va surtout produire des motos, des avions et…des voitures. Comme partout, les fusions feront naitre des querelles destructrices comme ce sera le cas avec les motos Triumph, dont la marque avait été rachetée par BSA.

Pour l’automobile BSA produira sous sa marque jusqu’en 1930 mais elle va surtout produire des Daimler, marque qu’elle détient depuis 1910. Cette branche anglaise n’a déjà plus de lien avec la division allemande Daimler-Benz depuis longtemps. Daimler produit alors, sous la direction du fantasque (mais moins que son épouse) Sir Bernard Docker, des voitures de grand luxe qui reçoivent l’ultime distinction chez nos voisins « By Appointment of her Majesty the Queen ». Fournisseur officiel de la reine … jusqu’à ce que Mme Docker, par ses frasques, ne fasse perdre cette distinction salutaire au profit de l’ennemi juré, Rolls Royce !

Cela vaudra à Daimler, exsangue, d’être rachetée par Jaguar en 1960.Daimler produira alors un petit cabriolet (250 SP) à caisse en polyester qui abrite un V8 maison de 2,5L utilisant…des pistons de moto BSA ! Ce même moteur sera aussi installé dans la Jaguar MK2 sous la marque Daimler (250 Saloon) entre 1962 et 1969. Par la suite Daimler deviendra simplement une finition de luxe de Jaguar et non plus une marque automobile avant de disparaitre totalement.

Après ces déboires dans l’armement, les vélos, les motos, les voitures et aussi…les avions, BSA s’éteindra en 1973 tout en vivant sous des marques dérivées. La société est alors rachetée Manganese Bronze Holdings et par Norton Villiers pour la partie moto…Rien n’est jamais simple dans l’industrie avec nos voisins anglais…mais il reste des BSA en vente, d’avant 1930, et c’est un placement tout à fait honnête !

Il n’est pas trop tard, Investissez !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. pistoncollection.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une analyse pointue du monde de la collection automobile. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.pistoncollection.com.»

Pin It on Pinterest